4 avis
Aucune pierre ne brise la nuit
Frédéric Couderc
Rayon : Livre, Littérature, Romans.
Date de sortie : 03/05/18
Dans un musée du Havre, la rencontre entre Gabriel et Ariane n'aurait pas dû avoir lieu - lui le réfugié argentin, elle la femme de diplomate. Mais devant la mystérieuse toile d'un peintre de Buenos Aires, les fantômes du passé ressurgissent, tout comme les ombres de la passion. À l'heure où les enquêtes sur les trente mille disparus sous la dictature reprennent, chacun s'embarque alors dans une quête où la vérité menace d'être plus dévastatrice encore que le mensonge... Porté par un souffle romanesque puissant, Aucune pierre ne brise la nuit explore les cicatrices infligées par la junte militaire, et rend hommage aux victimes sans sépulture. Une histoire haletante qui sonde les tourments de la recherche identitaire et de l'amour interdit.
JE DONNE MON AVISENVIE D'ACHETER ?
BulleDeLecture
Membre depuis le :
20/06/2018
1 avis déposé(s)
Ennuyeux
Un livre qui à mon avis ne tient pas ses belles promesses de 4ème de couverture. Je me suis ennuyée, aucun attachement aux personnages. Je suis déçue.
Cet avis vous a été utile ?
Publié le dimanche 12 août 2018
ajfdl
Membre depuis le :
25/05/2018
15 avis déposé(s)
Bouleversant

.

Émouvant

.

Sombre
Avant toute chose,permettez-moi de remercier trés sincérement la communauté des espaces culturels Leclerc et les éditions D'Ormesson pour l'envoi de ce roman.Je voudrais aussi saluer tous ceux qui oeuvrent avec amabilité et compétence pour assurer l'évolution de ce site,un trés grand merci à tous.Revenons maintenantà notre sujet de jour,"aucune pierre ne brise la nuit" de Frédéric Couderc.Un très bon livre,vraiment,à mon humble avis,bien entendu. Pour bien des gens,dont je fais partie,évoquer l'Argentine,c'est avoir immédiatement sous les yeux des couples souriants et gracieux exprimant une sensualité merveilleuse au rythme d'un tango effrènè.Il n'en sera malheureusement pas question dans cet ouvrage. Pour bien d'autres,dont je fais tout autant partie,l'Argentine,c'est ce pays porté sur le "toit du monde" du foot- ball par un génie virevoltant,Maradonna.Il n'en sera pas question non plus,hélas. Non,la "main de Dieu" qui,ce jour-là,provoquait la fierté de tout un peuple,avait choisi le stade plutöt que des bâtiments tout proches d'où jaillissaient des cris de douleur et d'effroi.Là,tout prés,en effet,d'anciens fascistes,nazis,tortionnaires d'Algérie et autres exécutaient avec zèle les basses oeuvres du sinistre dictateur Videla. C'est à cette époque qu'il faut resituer le début des évènements sur lesquels s'appuie ce roman.Les femmes enceintes victimes d'arrestation sont gardées jusqu'à la naissance et,dès leur accouchement,,disparaissent à jamais,emportées par les sinistres "vols de la mort",leurs enfants confiés à leurs tortionnaires,en récompense des services rendus,ou contre de l'argent,voire.... Clara est une enfant adoptée par Ariane et Bertrand et fait le bonheur de ses parents.Elle est l'une de ces enfants. La rencontre d'Ariane et Gabriel va venir perturber un édifice familial fragilisé par la mésentente du couple et nous allons être entrainés à la rencontre des Grands Mères qui se sont regroupées pour retouver leurs petits-enfants.La quête identitaire de Clara commence. Voici la trame de ce roman âpre,dur,bouleversant qui nous place face à l'une des nombreuses exactions commises au cours de cette dictature,sous le regard "fuyant" de nations dites "civilisées". Les deux principaux protagonistes,Ariane et Gabriel,peuvent-ils s'aimer ?Rien n'est moins sûr dans un tel contexte politique et social. Le livre de Frédéric Couderc n'est pas facile à lire,on imagine mal une relation amoureuse dans pareille histoire, mais elle sera évoquée avec pudeur et tact.On se met plus facilement à douter de l'humanité,à désespérer,à s'interroger sur les raisons d'une telle barbarie. Cet ouvrage n'a sans doute pas été non plus facile à écrire et pourtant,il s'avère être un exceptionnel document sur un pan de l'histoire mondiale contemporaine.Oui,ce roman est trés dérangeant mais le message qu'il délivre est fort,fort à condition d'être compris,ce qui est loin d'être acquis.
Cet avis vous a été utile ?
Publié le mardi 31 juillet 2018
minouche
Membre depuis le :
25/05/2018
5 avis déposé(s)
Bouleversant

.

Captivant

.

Excellent
Un livre qui ne laissera personne indifférent:une émotion constante liée au sujet,le"proseco" argentin et le sort de ces enfants volés,leur identité réelle prévaut-elle sur celle qu'on leur a donnée?L'amour est omniprésent!On oublie parfois tant la précision horrible de ces faits historiques nous atteint que F.Couderc a raconté une rencontre improbable et non rédigé un documentaire!les doux moments amoureux alternent avec le rappel des crimes perpétrés.Paris,Buenos Aires...où trouver la quiétude?un livre dense,touffu par ses multiples références culturelles;les digressions pullulent ne laissant aucun répit au lecteur.Une lecture exigeante,mais ô combien passionnante!
Cet avis vous a été utile ?
Publié le lundi 30 juillet 2018
Elisa
Membre depuis le :
25/05/2018
5 avis déposé(s)
Captivant

.

Passionnant

.

Bouleversant
Un roman que j'ai dévoré. Il traite d'un sujet grave et terrible: les bébés volés de femmes emprisonnées, torturées puis exécutées lors de vols de la mort durant la dictature en Argentine qui sévissait durant les années 70 et 80. L'histoire rend hommage à ces Grands Mères et à tous ceux qui s'engageant pour connaître la vérité, retrouver ces enfants maintenant adultes et traduire les tortionnaires devant la justice, malgré les décennies et l'inertie. Lors d'une exposition consacrée aux artistes argentins contemporains, le destin fait rencontrer un réfugié argentin et la femme d'un diplomate devant une toile au titre énigmatique "Quand vous traversez le port, évitez les condamnés à mort". Le paratexte est connu de Gabriel puisque c'est une toile de son ex beau père qui a laissé sa propre fille aux mains de la junte alors qu'il avait le pouvoir de l'en sortir. Véro fera partie de 30 000 disparus de la dictature. S'en suit une quête de vérité difficile et sans aucun manichéisme. Ce roman rappelle que l'Argentine n'est pas seulement la patrie du Tango mais aussi le pays qui a accueilli d'anciens nazis, des anciens collabo et des anciens de l'OAS qui ont transmis leur "méthode" à la junte militaire de Videla. Sidérant. Une histoire bouleversante. A lire.
Cet avis vous a été utile ?
Publié le mercredi 25 juillet 2018
Ces avis sont également en ligne sur www.culture.leclerc.