5 avis
Hôtel Waldheim
François Vallejo
Rayon : Livre, Littérature, Romans.
Date de sortie : 30/08/18
Lors de ses séjours avec sa tante à Davos, à l’hôtel Waldheim, l’adolescent Jeff Valdera n’aurait-il été qu’un pion sur un échiquier où s’affrontaient l’Est et l’Ouest au temps de la guerre froide ? Inventer sa mémoire ou inventer sa vie ? C’est la question à laquelle tente de répondre François Vallejo avec Hôtel Waldheim, son roman le plus intime. Mais n’est-ce pas cette même quête qui traverse son œuvre depuis vingt ans, que ce soit dans Madame Angeloso (prix France Télévisions), Ouest (prix du Livre Inter) ou encore Un dangereux plaisir ?
JE DONNE MON AVISENVIE D'ACHETER ?
Follet54
Membre depuis le :
04/08/2018
2 avis déposé(s)
Impressionnant

.

Excellent

.

Passionnant
Prix Goncourt 2018 ? Je le souhaite vivement à François Vallejo dont le roman figure à la liste des nominés du prix Goncourt publiée le 07septembre 2018 à l'occasion du Livre sur la Place à Nancy. J'ai beaucoup apprécié lire "Hôtel Waldheim". Le style rédactionnel nous élève (merci au professeur de littérature), le roman nous transporte et nous (ré)apprenons beaucoup de choses côté histoire. On a hâte de tourner les pages pour découvrir l'issue de l'histoire, tout en savourant chacune d'elle tant la rédaction, la tournure des phrases, les mots choisis, donnent envie de s'arrêter sur chacun d'eux pour mieux s'en imprégner et les apprécier. Heureuse d'avoir découvert François Vallejo à travers cette première lecture.
Cet avis vous a été utile ?
Publié le dimanche 16 septembre 2018
Alma
Membre depuis le :
28/06/2018
4 avis déposé(s)
Captivant
D'énigmatiques cartes postales d'un expéditeur inconnu parviennent au domicile de Jeff Valdera le narrateu . Elles montrent l'Hôtel Waldheim de Davos en Suisse dans lequel il a séjourné il y a une trentaine d'années lorsqu'il avait 16 ans et y accompagnait sa tante. Elles ont été envoyées par une allemande, Frieda, fille de Stiegl, un professeur d'université qu'il y avait rencontré. Ils finissent par se retrouver. Que lui veut-elle? Il semble avoir été le dernier témoin à avoir vu Stiegl encore vivant et Frieda l'invite à lui livrer ses souvenirs. Comment être précis 30 ans après ? De vagues images qui semblent n'avoir aucun lien entre elles lui reviennent en mémoire. Qu'à cela ne tienne, qu'il livre tout ce qui lui revient, Frieda se charge d' établir des relations entre ces « divagations mémorielles ». C'était à Davos, du temps de la guerre froide, entre Allemagne de l'Ouest et de l'Est, et de la Stasi à l'affût d'un réseau de passeurs. Jeff, l'adolescent «voyeur aveugle mais pas voyant » de ce qui se passe autour de lui dans l'hôtel, devient à son insu porteur de messages dont il ne comprend ni teneur ni la portée. Je n'en dirai pas plus. Jeff, amené à descendre au plus profond de lui-même,se méfie, a l'impression d'être piégé, manipulé par Frieda. qui un jour disparaît, le laissant désemparé mais curieux. C'est alors lui qui part à sa recherche dans un Davos qu'il ne reconnaît plus, où il se sent perdu mais attendu. Le mystère s'épaissit puis le puzzle prend prend peu à peu forme. HOTEL WALDHEIM est un roman dense, comme le sont les romans d'espionnage, mais dont l'atmosphère pesante est allégée par quelques scènes cocasses. Si je me suis sentie parfois un peu perdue dans ce puzzle qui se reconstitue peu à peu, j'ai beaucoup apprécié le processus de la remontée progressive des souvenirs, l'évocation de l'atmosphère désuète de l'hôtel ainsi que par le jeu trouble du chat et de la souris entre Frieda et Jeff, partagé entre réticence et attraction face à cette étrangère en recherche de vérité sur la mort de son père et de sa propre identité. L'écriture de Vallejo joue habilement de l'intrusion du passé dans le présent, et a l'art de restituer le flot de la pensée, en mêlant dans un discours indirect libre très fluide, monologue intérieur et propos tenus , dit et non dit.
Cet avis vous a été utile ?
Publié le mercredi 12 septembre 2018
milemor
Membre depuis le :
28/05/2018
5 avis déposé(s)
Passionnant

.

Original

.

Amusant
Que reste-t-il dans notre mémoire, de nos souvenirs passés? François Vallejo à travers une intrigue sur fonds de guerre froide, va nous démontrer qu'elle est sujette à de multiples interprétations.Ce roman au style impeccable et incisif, va crescendo et nous tient en haleine jusqu'au bout. En situant son roman à Davos,décor de" La montagne magique " de Thomas Mann, et par l'intermédiaire d'un des personnages, il nous fait revisiter ce classique à sa manière. Livre d'espionnage, historique, psychologique, dans lequel l'humour n'est pas oublié. Bref un cocktail savoureux que j'ai apprécié.
Cet avis vous a été utile ?
Publié le mardi 11 septembre 2018
nicky
Membre depuis le :
30/05/2018
7 avis déposé(s)
Captivant

.

Passionnant
Tout commence par une ancienne carte postale reçue par un écrivain avec ces quelques mots "ça vous rappel queqchose ?". Elle représente un hôtel de Davos où adolescent il passait des vacances avec sa tante. Il va rencontrer l'auteur de la carte qui va l'entraîner dans un exercice de remémoration des événements anodins en apparence de ce dernier séjour. L'intrigue, pas si banale, va bouleverser la vie de ce quinquagénaire obligé d'interroger ses souvenirs et de les reconsidérer devant un interlocuteur qui les remet en question preuves écrites à l'appui. Et pas n'importe quelles preuves : les archives secrètes de la STASI ! Dans cete sorte de huis clos sa mémoire personnelle est confrontée à la mémoire officielle et il prend peu à peu conscience du rôle qu'il a joué dans ces années 70 au temps de la guerre froide où s'affrontent l'Allemagne de l'Est et de l'Ouest, avant la chute du mur de Berlin. Roman à tiroires, roman d'espionnage, mais surtout roman intime sur ce que l'on fait de ses souvenirs, sur l'image que l'on garde sur ceux qu'on a croisés, et sur le souvenir que l'on a de soi ou plutôt que l'on veut garder de soi. Un roman remarquablement efficace.
Cet avis vous a été utile ?
Publié le dimanche 9 septembre 2018
Jostein
Membre depuis le :
26/05/2018
8 avis déposé(s)
Captivant

.

Amusant

.

Intéressant
Si vous aimez les romans d’aventure sublimés par l’écriture d’un conteur hors norme qui excelle dans l’analyse de ses personnages, Hotel Waldheim est fait pour vous. Jeff Waldera reçoit de mystérieuses cartes postales de Zurich. Support suranné à cette époque de l’ère numérique. Si l’expéditeur lui est inconnu, l’image lui rappelle cet hôtel Waldheim où, à l’âge de seize ans, il passait ses vacances avec sa tante Judith. Très vite, l’expéditrice, Frieda Steigl se dévoile et laisse entendre, dans un mauvais français que Jeff fut témoin de drôles de choses dans cet hôtel à la fin des années 70. François Vallejo oppose ces deux personnages dans une quête de la vérité entre archives de la Stasi et mémoire subjective d’un homme qui est contraint de remonter dans ses souvenirs faussés d’adolescence. Ce qui, pour lui, n’est qu’un vague souvenir de vacances dans un hôtel Belle Epoque bien fréquenté semble être pour elle une affaire dramatique en pleine guerre froide. Petit français curieux de tout, Jeff comblait ses journées de vacances en étudiant la clientèle de cet hôtel de luxe près de Davos. Il aimait particulièrement discuter avec son propriétaire, Meili Johann, ancien professeur d’histoire. La vieille Frau Finkel, juive pourchassée en période d’avant-guerre, cliente depuis quarante ans lui fait découvrir le monde de Tomas Mann. Le jeune homme aime aussi faire quelques parties d’échec avec Linek ou s’initier au jeu de go avec celui qui n’était autre que le père de Frieda. Un adolescent qui fait le malin, parle beaucoup, et ne se rend compte du drame qui se joue autour de lui. Frieda le pousse à faire ressortir les moindres détails, le mettant face à son rôle insoupçonné dans une affaire qui le dépasse. François Vallejo mène de façon malicieuse ce roman sur la guerre froide. Tout d’abord, en s’amusant avec le caractère de ses deux personnages principaux. Il joue ensuite avec le suspense en dévoilant, au fil de la mémoire retrouvée, la face cachée des clients et propriétaires de l’hôtel Waldheim. L’ensemble donne un roman bien construit, alliant une force narrative qui nous entraîne dans un récit d’espionnage, une analyse remarquable des personnages mis face à face dans cette rencontre imprévue et dans l’espace de l’hôtel. Un Vallejo, en apparence plus léger par son côté désuet et la personnalité rocambolesque de ses deux personnages principaux mais tout aussi bien mené dans l’analyse et la construction romanesque.
Cet avis vous a été utile ?
Publié le samedi 8 septembre 2018
Ces avis sont également en ligne sur www.culture.leclerc.