10 avis
L'art de perdre
Alice Zeniter
Rayon : Livre, Littérature, Romans.
Date de sortie : 16/08/17
L'Art de perdre L'Algérie dont est originaire sa famille n'a longtemps été pour Naïma qu'une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui jamais ne lui a été racontée ? Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu'elle ait pu lui demander pourquoi l'Histoire avait fait de lui un « harki ». Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l'été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l'Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ? Dans une fresque romanesque puissante et audacieuse, Alice Zeniter raconte le destin, entre la France et l'Algérie, des générations successives d'une famille prisonnière d'un passé tenace. Mais ce livre est aussi un grand roman sur la liberté d'être soi, au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales.
JE DONNE MON AVISENVIE D'ACHETER ?
thetitiracoon
Membre depuis le :
24/05/2018
9 avis déposé(s)
Bouleversant

.

Émouvant
ce livre m'a fait découvrir la guerre d'Algérie et de "l'utilisation" de ces harkis, la façon dont la France les a laissé tomber .L'histoire de tout un peuple déraciné .
Cet avis vous a été utile ?
Publié le mercredi 13 juin 2018
mc61
Membre depuis le :
25/05/2018
5 avis déposé(s)
Émouvant

.

Captivant

.

Bouleversant
Un récit passionnant et bouleversant sur la vie d'un famille kabyle. Les anecdotes, les secrets inavouables, les descriptions, les relations entre les gens m'ont rappelé les histoires que notre grand-père nous racontait, lui qui était un merveilleux conteur. Les couleurs, les parfums, les déchirements, tout y est. L'auteur a su retrouver le chemin de la mémoire et du souvenir.
Cet avis vous a été utile ?
Publié le mercredi 6 juin 2018
Chocolatine
Membre depuis le :
28/05/2018
10 avis déposé(s)
Intéressant

.

Émouvant

.

Captivant
Une véritable saga familiale, histoire d'amour et de haine entre la France et l'Algérie. Passionnant de relire l'histoire complexe entre nos 2 pays à travers le destin de cette famille. L'épaisseur du livre peut faire peur, mais honnêtement il se lit facilement, le style est fluide et accessible, et l'histoire tellement passionnante que ce n'est pas un problème !
Cet avis vous a été utile ?
Publié le mardi 5 juin 2018
Veronick
Membre depuis le :
05/06/2018
9 avis déposé(s)
Passionnant

.

Émouvant

.

Captivant
Très belle histoire qui relate la vie d'd'un harki et de sa descendance . Témoignage de la difficulte de ces personnes qui ont quitté l'Algérie . Traités pour les algériens jamais reconnus comme français en métropole . Livre magnifiqueou se mêle poésie et sentiments . Une famille que l'on quitte avec respect et regrets
Cet avis vous a été utile ?
Publié le mardi 5 juin 2018
AnnaB
Membre depuis le :
04/06/2018
3 avis déposé(s)
Réaliste

.

Excellent
Excellent livre qui permets d'en connaître plus sur la guerre d'Algérie et la sa portée encore aujourd'hui. Très belle plume, très belle construction, L'art de perdre est un livre à lire absolument !
Cet avis vous a été utile ?
Publié le lundi 4 juin 2018
GéradP
Membre depuis le :
29/05/2018
8 avis déposé(s)
Bouleversant

.

Passionnant
Voilà une auteure qui méritait bien le Goncourt des lycéens. Une saga familiale pleine de vie qui fait partie de notre passé historique. Un bon roman bien écrit qui fait du bien à découvrir, bravo à Alice Zéniter !
Cet avis vous a été utile ?
Publié le jeudi 31 mai 2018
Lili7689
Membre depuis le :
26/05/2018
5 avis déposé(s)
Bouleversant

.

Réaliste

.

Émouvant
Histoire bouleversante. L'écriture est originale pour un thème aussi tabou mais on s'attache à chaque personnage et on la plus envie de s'arrêter. Je mets 5 car il est difficile je trouve de captiver autant un lecteur sur de tel sujet. Bravo !!!
Cet avis vous a été utile ?
Publié le mercredi 30 mai 2018
ajfdl
Membre depuis le :
25/05/2018
15 avis déposé(s)
Génial

.

Excellent

.

Captivant
C'est vraiment un gros coup coup de coeur .Une formidable saga de 1930 à nos jours,entre l'Algérie et la France,le sort réservé aux harkis d'un côté et de l'autre de la Méditerranée.La famille d'Ali est observée avec une affection toute particulière de la part de l'auteur,c'est beau,tendre,dramatique,brutal,amusant aussi parfois.La grande classe pour ce roman que vous DEVEZ lire si ce n'est déjà fait,un roman éclairant,sans parti pris. Le nombre de prix obtenus est impressionnant et le Renaudot des jeunes ne se trompe jamais. Partez vite avec Ali,Hamid,Naîma et soyez convaincus que vous serez transportés et sans doute aussi interpellés par cette pépite;
Cet avis vous a été utile ?
Publié le lundi 28 mai 2018
Bab50
Membre depuis le :
24/05/2018
11 avis déposé(s)
Intéressant

.

Trop long
Voilà un bon roman qui tient ses promesses jusqu'au 2/3 du livre et qui ensuite se perd dans cette recherche de racines. Parlons donc de ce qui est bon, voire excellent : le destin de ce grand-père, qui faute d'avoir choisi son camp, s'est retrouvé condamné à devenir harki malgré lui. Alice Zeniter a su décortiquer le fait de choisir à l'insu de son plein gré, sauf que les conséquences sont tout sauf drôles : bannis de son peuple, de sa nation, condamné à partir pour un pays qui ne souhaite pas l'accueillir et à vivre dans des camps indignes. Alice Zeniter a continué avec talent à présenter la génération suivante, celle sui a dû se construire sa vie en France, malgré les préjugés et parfois l'hostilité. Malheureusement, le roman s'essouffle et perd de sa lucidité avec la troisième génération, celle de la narratrice, même si certains passages conservent la même magie, comme par exemple lorsqu'elle retourne dans sa famille en Algérie et comprend les raisons de leur hostilité.
Cet avis vous a été utile ?
Publié le samedi 26 mai 2018
Jostein
Membre depuis le :
26/05/2018
8 avis déposé(s)
Passionnant

.

Réaliste

.

Excellent
Trois générations : celle au coeur des évènements d’Algérie, celle de l’exil et de l’initiation en camps de réfugiés et HLM de banlieues françaises, et enfin, celle de la narratrice, Naïma, perdue sous le poids du silence au coeur d’une double identité. « Quand on est réduit à chercher sur Wikipedia des renseignements sur un pays dont on est censé être originaire, c’est peut-être qu’il y a un problème. » Naïma, née en Normandie, travaille dans une galerie d’art parisienne. Elle est chargée de préparer une exposition sur Lalla, un peintre kabyle et se retrouve ainsi confrontée à ses origines. Ses grand-parents ont fui l’Algérie au lendemain de l’Indépendance mais Ali, son grand-père, et Hamid, son père ont enterré ce passé par incompréhension ou par honte. La première partie se situe dans les années 50 dans les montagnes de Kabylie. Ali, riche propriétaire terrien a servi la France pendant la seconde guerre mondiale. Plongé au coeur des atrocités, tant du côté du FLN que de l’armée française, il peine à comprendre les enjeux et ne voit qu’une priorité, sauver sa famille. « L’honneur d’un homme se mesure à sa capacité à tenir les autres à l’écart de sa maison et de sa femme. » En 1962, lorsque le FLN menace ceux qui furent proche des français, Ali et sa famille quitte Alger pour la France. Ils se retrouvent parqués dans un camp de réfugiés à Rivesaltes. « On ne leur a pas ouvert les portes de la France, juste les clôtures d’un camp. » Hamid représente la génération de fils d’harkis qui a grandi dans les camps de réfugiés puis s’est retrouvée isolée dans un HLM de banlieue. Cette génération apprend le français, sésame d’intégration, s’éloignant ainsi de leur famille affaiblie qui s’enracine dans la honte et le silence. Hanté par les cauchemars, Hamid peine à se construire entre le silence de son père et le rejet de la société française. « Ils ne veulent pas du monde de leurs parents, un monde minuscule qui ne va que de l’appartement à l’usine, ou de l’appartement aux magasins. Un monde qui s’ouvre à peine l’été, quand ils rendent visite à leur oncle Messaoud en Provence, puis se referme après un mois de soleil. Un monde qui n’existe pas parce qu’il est une Algérie qui n’existe plus ou n’a jamais existé, recréée à la marge de la France. » Les filles d’Hamid et de Clarisse ne connaissent rien de l’Algérie, présentée comme un lieu dangereux qu’elles doivent éviter. Elles ne parlent que le français, ne comprennent pas l’arabe. Pourtant, avec les attentats terroristes, elles craignent l’amalgame. Préparer cette exposition sur Lalla, plonge Naïma dans la peur d’affronter le passé enterré de sa famille. Elle est le symbole de cette génération rejetée à la fois par son pays d’origine et son pays d’adoption. « Et elle enrage de se sentir coincée entre deux stéréotypes, l’un qui trahirait, comme le pense Lallo, la cause des immigrés pauvres et moins chanceux qu’elle, l’autre qui l’exclurait du coeur de la société française. » Alice Zeniter réussit à transmettre un passé pour ne pas qu’il se perde avec la richesse du récit romanesque et l’éclairage d’une analyse sociologique pour laquelle elle a une grande légitimité
Cet avis vous a été utile ?
Publié le samedi 26 mai 2018
Ces avis sont également en ligne sur www.culture.leclerc.