6 avis
Le calame noir
Yasmine Ghata
Rayon : Livre, Littérature, Romans.
Date de sortie : 16/08/18
Qui était Siyah Qalam, autrement dit « le calame noir » ? Fasciné par les nomades des steppes d’Asie centrale, ce peintre énigmatique de la fin du XVe siècle a laissé des dessins très loin des canons esthétiques de son époque. Son style réaliste intrigue depuis toujours les historiens d’art islamique. Un album de ses oeuvres conservé au musée de Topkapi renferme son secret. On y voit des hommes et des femmes au sein d’un campement d’été dans leurs tâches quotidiennes, mais aussi des descriptions de cérémonies occultes grouillant de démons et de créatures maléfiques. Pour quelle raison cet artiste de la cour de Tabriz a-t-il laissé autant de témoignages sur ces peuplades vouées à l’oubli ? Personne n’est en mesure d’éclaircir le mystère de ces dessins presque magiques, à l’exception de Suzanne, l’héroïne de ce roman, qui, déambulant dans les salles d’une exposition, est soudain happée par une voix venue d’un autre temps, d’un autre continent. Une âme errante, celle d’Aygül, la propre fille de Siyah Qalam, qui lui raconte l’histoire si singulière de son père, cet homme de talent et peintre du réel en proie aux vicissitudes de son temps. Par-delà les siècles, un lien fort finit par s’établir entre les destins de ces deux femmes qui ont en commun l’impossible deuil du père.
JE DONNE MON AVISENVIE D'ACHETER ?
Gwenrio
Membre depuis le :
24/05/2018
6 avis déposé(s)
Captivant

.

Original

.

Émouvant
Un joli roman qui nous emmène si loin en arrière. Un livre sur le deuil, le souvenir et le manque par delà les siècles et les continents.
Cet avis vous a été utile ?
Publié le jeudi 13 septembre 2018
soazick
Membre depuis le :
24/05/2018
11 avis déposé(s)
Captivant

.

Émouvant

.

Intéressant
Magique, magnifique, un bel ouvrage auquel il ne manque que des illustrations reprenant quelques oeuvres de ce peintre sortant de l'ordinaire. Comme bien souvent quand il s'agit de peinture, les références culturelles sont nombreuses. Ici, elles sont inattendues puisque nous entrons dans l'univers de l'artiste, croyant plutôt solitaire en la religion de Mani, maitre du manichéisme, et respectant ses traditions tout en calquant sa vie sur les préceptes musulmans..en apparence! Nous les suivons à la fin du XV eme siècle dans un pays lointain, environ l'Azerbaidjan et sa capitale d'alors Tabriz et les steppes d'Asie centrale où le peintre se réfugie tous les ans pour se ressourcer et faire évoluer son talent si different de tous les miniaturistes de son époque. Sa vie d'ermite y est alors décrite ainsi que les pratiques de tribus nomades qui viennent alors passer l'été. .L'originalité de ce livre réside dans le fait que sa vie, ô combien solitaire est racontée par sa filleAygul à une jeune femme de notre siècle, elle aussi souffrant du décès de son père. Le style de l'auteure est remarquable de pureté et de simplicité; nous suivons la vie de cet homme sans difficulté et trouvons, nous aussi le temps de nous pencher sur les méfaits de la vie en ville, les bienfaits du retour à la nature et l'aparent dénuement de ces tribus dans des territoires " reculés". Dans le même temps nous éprouvons une fois encore que la barbarie n'estaps du coté que l'on croit, les isolés, les différents mais que nous les découvrons toujours chez les nantis, les rois et les armées, prompts à décimer et tuer, à recruter s'il le faut des bras armés pour combattre et tuer encore. J'encourage bien volontiers les lecteurs à se plonger dans ce roman, vous n'en essortirez pas intact, car vous aurez aperçu, entrevu le bonheur! ou plutot la félicité!
Cet avis vous a été utile ?
Publié le mercredi 12 septembre 2018
nicky
Membre depuis le :
30/05/2018
7 avis déposé(s)
Sombre

.

Triste
Récit à deux voix, l'une - à la 3ème personne - nous parle de Suzanne, qui lors d'une exposition à la Royal Academy de Londres dédiée à l'art turc - entre dans la galerie peu fréquentée des oeuvres de "Muhammad au calame noir". Et là une présence s'impose à elle, une voix de l'au-delà lui parle et ne la quittera plus. Cette voix c'est celle d'Aygül, la fille de Siyah Qalam, le calame noir, et elle va lui raconter l'histoire de ce père artiste aux dessins singuliers, au réalisme totalement étranger aux canons de son époque. Ce personnage plein d'ambiguïtés, sorte de prophète, dessine le quotidien des tribus nomades loin des calligraphies et enluminures des peintres de la cour du sultan. Et l'histoire d'Aygül fait écho à celle de Suzanne, avec cinq siècles d'écart, car elles ont en commun l'impossible deuil du père. (c'est d'ailleurs la seule chose que l'on saura sur Suzanne). La voix "s'était aimantée à son être, attirée par cette même odeur du vide, celle des filles sans père". Tout le récit est imprégné de cet amour total pour le père, de cette admiration éperdue qui en fait un Dieu vivant, de cette obsession qui fait que rien n'existe en dehors de lui car "seul un père donne une valeur". C'est peut être là qu'on a le plus de mal à souscrire à cet absolu. On se perd un peu dans l'histoire complexe des diverses tribus avec leurs luttes fratricides, mais on dévouvre à la fois la vie rude des nomades soumis aux rigueurs du climat, et celle précaire des artistes de la cour, inféodés aux désirs des sultans. On apprend aussi ce qu'est un calame, roseau taillé en pointe, instrument de l'artiste. Roman lancinant, pas du tout conte oriental, il laisse une impression d'inachevé.
Cet avis vous a été utile ?
Publié le lundi 10 septembre 2018
Rimini82
Membre depuis le :
20/06/2018
4 avis déposé(s)
Passionnant

.

Impressionnant

.

Bouleversant
Un superbe roman qui tisse un lien entre 2 femmes (Suzanne et Aygul) ayant vécu à des époques et en des lieux différents par le biais d’oeuvres D’art . Ce livre m à permis de voyager mais à certains passages je m y suis un peu perdus car beaucoup de complexités des tribus,ethnies,politique .
Cet avis vous a été utile ?
Publié le samedi 1 septembre 2018
les mauvray
Membre depuis le :
24/05/2018
11 avis déposé(s)
Captivant

.

Bouleversant

.

Émouvant
Quel magnifique roman. On voyage dans cette Asie du XVème siècle à travers l'histoire de ce peinte énigmatique et de sa fille.Une découverte spirituelle, artistique de ces deux personnages qui traversent les siècles et qui sont sublimés par l'auteur. A lire impérativement.....
Cet avis vous a été utile ?
Publié le samedi 1 septembre 2018
Veronick
Membre depuis le :
05/06/2018
9 avis déposé(s)
Émouvant

.

Intéressant

.

Captivant
Très joli roman qui semble emprunté au conte oriental. Un voyage envoûtant à la découverte d'un peuple de nomades Une belle évocation du travail précaire des artistes à cette époque Deux femmes, deux époques une même quête . La tendresse entre Aygûl et son père permettra t elle à Suzanne de se sentir apaisée?
Cet avis vous a été utile ?
Publié le vendredi 31 août 2018
Ces avis sont également en ligne sur www.culture.leclerc.